Maîtrise des consommations
de carburant
dans le transport routier
Maîtrise des consommations
de carburant
dans le transport routier
Réduire sa consommation
 

Réduire sa consommation

Les actions en faveur de la réduction de la consommation sont étroitement corrélées avec les actions relatives à la sécurité et à l’optimisation de la maintenance. Aussi, dans nombre de cas, des actions impulsées pour apporter une amélioration de l’un de ces "postes" auront des effets d’entraînement sur les deux autres.

Mise en main

Tout modèle et tout type de véhicule a ses spécificités, dont il convient que le conducteur ait connaissance. La solution optimale n’est pas la même selon les marques ou les modèles, d’où l’importance de la mise en main.

Or, plus les nouveaux modèles sont riches en potentialités - plus il existe de risques d’utilisation inadéquate. Ainsi, le choix d’un véhicule équipé d’une boîte à relais par exemple renforce le risque d’une utilisation inadéquate, et seule une mise en main et/ou une formation permettront de tirer tout le profit d’une boîte à relais, laquelle, lorsqu’elle est parfaitement maîtrisée, permet de gérer plus finement la bonne vitesse en fonction du profil de route, du trafic et de la charge.

Par exemple, le conducteur doit savoir que le fait de disposer de 16 (ou 18) vitesses ne signifie pas obligatoirement qu’il doit passer 16 (ou 18) rapports : en effet, sur les 4 premiers rapports, le fait de jouer avec les ½ vitesses ne fait pas progresser l’avancement du véhicule, mais la consommation ( écart entre 2 vitesses pleines = 500T/mn environ alors que écart entre 2 vitesses avec relais = 250T/mn environ) : sur les premiers rapports il convient de ne pas multiplier intempestivement le passage des rapports.

En fait, chaque perfectionnement apporté au moteur au sens large (les fonctions mécaniques et ce qui est piloté plus ou moins automatiquement par l’informatique) suppose un apprentissage spécifique, et pour nombre de conducteurs déjà formés, un ré-apprentissage, tant il est vrai que des gestes adéquats (et habitudes parfaitement justifiées) acquis sur un modèle de véhicule des générations précédentes, peuvent se révéler contre-productifs sur un nouveau modèle doté des derniers acquis technologiques.

La plupart des constructeurs ont bien compris qu’il ne suffit pas de concevoir et de commercialiser des véhicules qui répondent bien aux besoins des transporteurs, mais qu’il convient également de mettre en œuvre les conditions qui permettent aux conducteurs de les utiliser dans des conditions optimales. Aussi, si les techniques sont de plus en plus sophistiquées, elles sont en même temps de plus en plus transparentes pour l’utilisateur.

/