Maîtrise des consommations
de carburant
dans le transport routier
Maîtrise des consommations
de carburant
dans le transport routier
Facteurs de sur-consommation
 

Facteurs de sur-consommation

Au delà des caractéristiques du moteur proprement dit, la consommation effective d’un véhicule est la résultante d’une multitude de facteurs et paramètres qui peuvent influer d’une manière ou d’une autre, dans un sens positif ou négatif.

Roulement

On sait que la résistance au roulement des pneumatiques représente environ un tiers de la force de résistance globale à l’avancement (le reste étant réparti ainsi : 20% frottements internes et 40% traînée aérodynamique). Le jeu consiste donc à tenter de diminuer autant que faire se peut la résistance au roulement.

La consommation est pour partie déterminée par le type de pneumatiques et leur état, sachant que des pneus taille basse peuvent diminuer la consommation de l’ordre de 0,4 litre/100. Mais ce gain peut être annulé, voire se transformer en pertes, lorsque tracteur et remorque sont équipés de pneumatiques de tailles différentes).

Des pneumatiques usés feront baisser la consommation d’une valeur sensiblement égale, mais non sans risques pour la sécurité ! Des pneus neufs par contre, induiront une consommation supérieure de 1,5 litres/100 à celle d’un pneu usé à 20% de son profil ; des pneus réchappés induiront une "surconsommation" du même ordre.

Dernier paramètre, et non des moindres, la pression de gonflage, déterminée en fonction de la charge à l’essieu, sachant qu’ une pression inadéquate peut augmenter la consommation jusqu’à 1 litre/100, voire plus. D’où l’importance de choisir une configuration adéquate de l’ensemble du véhicule (la silhouette) : entre un ensemble 5 essieux et un ensemble 6 essieux, on peut gagner 10% de résistance au roulement, soit 3% d’économie de consommation.

Signalons enfin que certains manufacturiers proposent actuellement sur le marché des "pneumatiques économiques" réputés permettre des gains de consommation de 4 à 6%.

/